fbpx

Le marché immobilier dopé par les taux bas des crédits

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Depuis le début de la crise sanitaire jusqu’à la sortie du confinement actuelle, le taux de crédit n’a cessé de baisser. Les banques veulent pouvoir encourager la demande de crédits au niveau des ménages. En moyenne, nous assistons donc à un taux immobilier de 1,06%. Selon la durée des prêts, nous pouvons remarquer une diminution progressive du taux moyen allant du mois de juin au mois d’août, soit donc un taux qui est passé de 1,29% à 1,24%. Cette baisse peut profiter certains emprunteurs car les conditions de financement sont avantageux. Cependant, cela reste un frein chez les investisseurs peu potentiels, ou n’ayant pas de dossiers de profils satisfaisants.

Des banques de plus en plus sélectives

Malgré l’opportunité financière que les banques tentent d’offrir aux investisseurs, elles restent tout de même sélectives quant à l’octroi des prêts immobiliers pour les meilleurs profils. Il s’agit des profils d’emprunteurs qui seraient plus susceptibles de rembourser convenablement les crédits empruntés, mais aussi ayant des projets d’investissement rentables sur le long terme. Ainsi par précaution, les banques solliciteront davantage les personnes étant plus ou moins crédibles et avec très peu de taux d’endettement.

Le marché immobilier dopé par les taux bas des crédits

Des taux bradés sur toutes les durées

D’après l’Observatoire Crédit Logement/CSA, nous pouvons constater que les taux de crédits immobiliers ont diminué sur toutes les durées. Pour 15 ans, vous avez un taux de 1,05% des prêts. Pour 20 ans, le taux est estimé à 1,20% et enfin pour 25 ans, le taux passe à 1,47%. D’ailleurs, nous pouvons remarquer que la durée des crédits s’est réellement allongée en raison du prix du marché immobilier à la hausse. Nous pouvons donc voir que certains emprunteurs vont choisir des prêts allant de plus de 25 ans.

Les conditions d’exigences d’acquisition d’emprunt

L’accès au crédit immobilier doit pouvoir répondre à certaines exigences de la part de l’investisseur. Dans un premier temps, son projet sera évalué en termes de faisabilité, mais aussi de rendement. Il s’agira donc de connaître si le secteur dans lequel le projet doit se construire présente suffisamment une situation opportune, financièrement parlant. Le secteur d’activité donc pouvoir être profitable et non touché par la crise. D’ailleurs certaines conditions de recommandations ont été véhiculées par le Haut Conseil de Stabilité Financière ou HCSF concernant l’éligibilité des emprunteurs, tout en tenant compte de la crise sanitaire de 2020.

Ainsi, il est plus ou moins exigé à ce que le client ne présente pas un taux d’endettement élevé, c’est-à dire, un taux qui ne dépasse pas les 33%. Ces conditions ont fortement allongé la durée de traitement des dossiers, notamment dans la région parisienne. Les clients ayant un haut revenu ont été beaucoup plus privilégiés pour profiter des planchers de taux de crédits optimaux.

Un emprunt supposant un apport obligatoire

Le financement des projets à 100% par la banque n’est pas encore soutenu. Chaque emprunteur doit alors recourir à un apport personnel obligatoire en touchant dans leurs épargnes, afin de mener à bien leurs projets immobiliers. Cet apport permettra à l’emprunteur de pouvoir payer les différents frais annexes liés à l’acquisition immobilière (frais du notaire, assurance, garanties, frais de dossier, dépenses imprévues, etc.). D’ailleurs, c‘est aussi un moyen de pouvoir assurer une meilleure garantie et de prévenir les risques. Dans certains cas, le coût de sureté sera également pris en compte. Il s’agit ici d’une caution qui peut être sous forme d‘hypothèque.

Les conditions d’emprunt via la capacité financière

Pour pouvoir trouver les meilleurs profils, les banques vont également se tourner vers l’état financier des comptes de leurs clients. Il est donc important pour les potentiels investisseurs de solder leurs crédits consommation. Mais aussi, la capacité à épargner sera évaluée ainsi que les dettes perçues. Enfin, pour préserver une éligibilité constante, l’emprunteur devra présenter un statut d’emploi stable et qui ne représente aucun risque financier. Ainsi, une grande majorité des banques sont plus intéressées à débourser pour les professionnels en CDI. Les travailleurs indépendants ou libéraux quant à eux doivent pouvoir apporter des preuves de revenus réguliers stables.

Constitution de dossier solide

Pour bénéficier d’un emprunt adéquat, il est recommandé de se tourner vers une banque qui prendra en compte votre situation et qui saura vous accompagner dans votre démarche d’emprunt. Votre situation professionnelle, vos différents justificatifs bancaires ainsi que la pertinence du secteur dans lequel vous souhaitez investir votre projet seront les points essentiels les plus étudiés par les banques. C’est d’ailleurs pour cette raison que les banques se voient de baisser leur production de crédits immobiliers.

Pour profiter amplement des crédits immobiliers, il sera tout aussi important de choisir une assurance efficace et appropriée, présentant des garanties avantageuses.

fr_FR