fbpx

L’immobilier logistique au milieu de l’épidémie de COVID-19

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

La pandémie de COVID-19 a eu un impact soudain et significatif sur tous les aspects de la vie des gens avec 2,6 milliards de personnes dans le monde vivant désormais sous le confinement. Bien que la pandémie soit avant tout une préoccupation humaine, une partie touche également l’économie et le secteur immobilier.

Poursuite des opérations logistiques et ré-accélération pour les acteurs du e-commerce : les supply chains restent critiques

Tout au long de l’épidémie, les livraisons se poursuivent sans perturbation majeure en Europe : seule une petite partie des opérateurs logistiques signalent une forte baisse des niveaux d’activité en raison : de l’absence de produit à distribuer ou des fermetures pour des raisons de sécurité. Les deux étant susceptibles d’être transitoires. En revanche, une plus grande proportion rapporte, soit aucun changement, soit une augmentation de l’activité. La majorité restante signale un ralentissement modéré et prend des mesures de précaution.

L'immobilier logistique au milieu de l'épidémie de COVID-19

L’activité est la plus résistante parmi les opérateurs axés sur la consommation finale et la distribution urbaine, notamment pour les acteurs du e-commerce. Avant la pandémie, les consommateurs détournaient déjà leurs dépenses des magasins physiques. Avec le Covid-19, les magasins fermés et les centres commerciaux obligent les consommateurs à faire leurs achats en ligne, et cette évolution vers le e-commerce peut avoir un impact sur les habitudes d’achat à long terme.
À plus long terme, les responsables logistiques devront repenser et reconcevoir leurs chaînes d’approvisionnement pour garantir les opérations même en cas de crise. Il sera plus que jamais crucial de disposer d’une infrastructure résiliante.

Construire la résilience pour l’avenir : reconcevoir les stratégies de la chaîne d’approvisionnement vers des modèles omnicanaux et automatisés

La pandémie de covid-19 a accru la dépendance des consommateurs vis-à-vis du commerce électronique et de chaînes d’approvisionnement efficaces. Les clients s’habitueront davantage aux achats en ligne et à la livraison à domicile, augmentant ainsi le besoin de soutenir les différents canaux logistiques à un rythme rapide : commerce de détail, commerce électronique, achat en ligne avec retrait en magasin et livraison à domicile. Les fabricants devront accélérer les plans pour accélérer la transition vers des modèles logistiques omnicanaux flexibles, avec un accent particulier sur les centres de distribution de taille moyenne et les entrepôts de livraison cross-docking du dernier kilomètre.
La gestion d’une stratégie omnicanale avec une augmentation des commandes de commerce électronique et des pénuries de main-d’œuvre mettra encore plus l’accent sur l’automatisation. Les plateformes numériques permettront d’obtenir une plus grande visibilité et coordination tout au long de la chaîne d’approvisionnement et permettront aux détaillants de gérer plus efficacement les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les effets coup de fouet et les modifications permanentes des volumes plus élevés de chaque commande de prélèvement. La crise actuelle a renforcé les arguments en faveur des lignes de production automatisées, des processus de préparation de commandes, dans le but d’améliorer la vitesse, la précision et la flexibilité des opérations.
Ces tendances remodèlent profondément les modèles de chaîne d’approvisionnement traditionnels : des partenariats renforcés entre les propriétaires et les détaillants devront émerger pour soutenir et promouvoir les refontes de la chaîne d’approvisionnement qui en résulteront.

La refonte des stratégies de la chaîne d’approvisionnement aura des impacts durables sur l’espace d’entrepôt

Covid-19 pourrait être un catalyseur pour déclencher une demande accrue d’espace logistique: les premières preuves en provenance de Chine montrent une certaine résistance dans le passage au commerce électronique induit par les coronavirus, ce qui pourrait également stimuler davantage les demandes déjà élevées d’espace industriel. En supposant que les normes de l’industrie sont de 75 000 m² d’espace pour chaque milliard d’euros dépensé en ligne, cela indique un besoin de 16,7 millions de m² supplémentaires d’installations logistiques en Europe occidentale pour répondre à la croissance de la vente au détail en ligne au cours des cinq prochaines années.
Les développeurs d’entrepôts seront-ils assez rapides pour mettre de nouveaux actifs sur le marché et répondre à cette demande accrue attendue d’espace logistique ? Les chantiers de construction sont retardés en raison de problèmes de main-d’œuvre et de mobilité. De même, certains développeurs devraient faire le point sur la situation actuelle avant s’engager dans de nouveaux programmes, ce qui ajoutera une pression supplémentaire sur le marché des entrepôts déjà sous-approvisionné en Europe.
Avec les détaillants en ligne et les la concurrence pour les installations logistiques restantes en réponse aux tendances de consommation, nous nous attendons généralement à ce que la demande de location logistique reste résiliente.

Un recul à court terme des flux de capitaux est attendu à mesure que l’incertitude augmente, mais l’immobilier logistique est bien positionné pour le long terme

Au lendemain de l’épidémie de Covid-19, l’activité d’investissement dans l’immobilier logistique mondial devrait ralentir. Les restrictions de voyage et l’incertitude entourant l’évaluation entravent sérieusement les processus de diligence raisonnable, et les investisseurs sont réticents à exécuter des transactions. Beaucoup de promoteurs ne peuvent pas obtenir de permis et ils sont confrontés à des retards de construction, des arrêts et des taux de rendement potentiellement en baisse. Pendant ce temps, les propriétaires et les gestionnaires immobiliers tentent d’évaluer ce que l’avenir va apporter en termes de valorisation des actifs et de revenus d’exploitation, et également quels locataires sont en mesure de continuer à payer un loyer.
En effet, toutes les industries ne sont pas impactées de la même manière par l’épidémie de coronavirus. Alors que certains opérateurs logistiques voient une augmentation de l’activité et envisagent d’embaucher des milliers de personnes. Ils ne sont pas seuls – d’autres entreprises de santé et d’alimentation sont également en plein essor et créent un nombre important de nouveaux emplois au sein de leurs installations de distribution, d’emballage et de production. En revanche, d’autres industries comme l’automobile ont été moins actives.
De même, l’impact du virus dépend de la classe d’actifs immobiliers. Alors que le commerce de détail, l’hôtellerie et les loisirs sont confrontés à des défis croissants, l’industriel et la logistique devraient rester une cible pour les investisseurs à court et moyen terme.
Enfin, tous les effets liés au Covid-19 ne dureront pas. Certaines sont transitoires, entraînant une baisse des volumes de transactions à court terme, tandis que la liquidité transactionnelle peut augmenter plus tard, en raison des entreprises cherchant à se décharger des actifs en raison de leurs performances ou même de leur faillite. D’autres conséquences modifieront durablement le paysage immobilier, obligeant les acteurs immobiliers à modifier leur stratégie pour renforcer leur position : de telles refontes de la supply chain peuvent conduire à des repositionnements et donc potentiellement s’ajouter à l’augmentation du volume des transactions.
Bien qu’il puisse être tentant de faire des hypothèses réductrices sur l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’immobilier, les réponses politiques correspondantes aux niveaux local, national et européen ne seront pas uniformes dans les différentes classes d’actifs et industries. Certains acteurs immobiliers adapteront leurs stratégies pour prendre des décisions d’investissement sur mesure et bien informées.

fr_FR