fbpx

Immobilier : quand les Français tombent sous le charme des campagnes

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Depuis le début de la crise sanitaire, les Français sont nombreux à retrouver le goût de la vie à la campagne. Beaucoup de ménages investissent ainsi dans une résidence secondaire située dans un environnement plus apaisant que celui d’une grande ville notamment. L’idée séduit de nombreux Français. Mais encore faut-il savoir quel budget prévoir et trouver le financement nécessaire. Nous faisons le point.

Immobilier : quand les Français tombent sous le charme des campagnes

Tout commence avec le premier confinement, en mars 2020. Les habitants des grandes villes s’en vont alors vivre, même provisoirement, chez des proches. C’est le cas de nombreux étudiants parisiens qui reprennent goût à la vie en campagne ou à tout le moyen dans une ville moyenne, chez leurs parents. Mais certaines personnes ne se contentent pas d’une solution « provisoire ». Beaucoup en effet, au tout début de la crise sanitaire, commencent à envisager de s’installer ailleurs, pour de bon. Et on ne perd pas de temps. Quelques jours à peine après le début du premier confinement, les Français sont nombreux prendre contact avec des agences immobilières, pour la plupart à la recherche d’une maison de campagne. Pour Alexander Kraft, président-directeur général de Sotheby’s Interational Realty France – Monaco, un groupe d’agences spécialisées dans l’immobilier de luxe, cette  période marquait le retour plus que profitable des acquéreurs et vendeurs sur le marché de l’immobilier de prestige. Le dirigeant explique que le nombre de clients qui prennent contact avec ses agences est en nettement augmentation, que ceux-ci recherchent des « biens de qualité », avec notamment un penchant pour « des résidences avec des espaces extérieurs ».

L’engouement des Français pour l’immobilier profite naturellement aussi à Cimalpes dont les agences opèrent dans les stations de luxe de Courchevel, Méribel ou Val-d’Isère. Le désir des clients d’avoir des résidences de luxe est tangible, explique le groupe, soulignant que l’assouplissement des règles sanitaires a permis l’organisation, dans de meilleures conditions, des visites des biens et des déménagements. Cimalpes s’attend à ce qu’un marché d’opportunités se développe rapidement, dans lequel des vendeurs enclins à faire des concessions côtoieraient des acquéreurs à la recherche de biens de qualité mais qui ne soient pas trop onéreux. Le groupe prédit en même temps le développement d’un autre marché, plus attentiste celui-là : les propriétaires y seraient moins prompts à faire des concessions ou même à vendre rapidement, préférant attendre que la demande retrouve son niveau d’avant la crise.

Le marché des résidences secondaires n’est cependant pas le seul à tirer profit de l’assouplissement des règles sanitaires. YouGov, une entreprise internationale spécialisée dans les enquêtes d’opinion et les études de marché, a réalisé une étude intéressante pour le compte de Meilleurs Agents, un acteur majeur dans l’estimation immobilière en ligne. L’enquête révèle que près de 75 % des Français souhaiteraient posséder une maison de campagne – 67 % des personnes interrogées affirment en avoir besoin pour se ressourcer et 62 % insistent sur l’importance de la proximité d’une telle résidence avec la nature.

L’enquête vient confirmer d’autres  critères sur le choix des Français en matière de maisons de campagne. Parmi ces critères, il y a notamment l’accessibilité de l’emplacement de la résidence. 41 % des personnes interrogées « projettent de s’y rendre tous les weekends ou presque », explique les auteurs de l’étude. Les Français ont beau  avoir envie de s’évader de temps en temps, la proximité avec la résidence principale reste un critère essentiel. Selon cette étude, 46 % seraient prêt à investir dans une maison de campagne située à moins de cent kilomètres de chez eux ; une résidence secondaire située dans un rayon de cent cinquante kilomètres autour de la résidence principale ne séduit que 16 % des personnes interrogées.

Côté budget, les Français sont prêt à consacrer 170 000 € en moyenne pour l’acquisition d’une maison de campagne. Le montant est raisonnable et permet de réaliser une bonne affaire. Près de Paris, les équipes de Meilleurs Agents ont par exemple des biens accessibles avec ce budget dans des localités comme Luigny (Eure-et-Loir) ou Yèvre-la-Ville (Loiret). Des biens de qualité sont également disponibles à La Roche-Guyon (Val-d’Oise) : on peut par exemple y devenir propriétaire d’une maison de 76 m² avec jardin pour 171 000 €.

Des résidences de qualité sont également disponibles près de Bordeaux, par exemple à Mano dans les Landes ou Allons dans le Lot-et-Garonne, où les acquéreurs peuvent s’offrir, pour 165 000 €, entre autres une maison de 160 m² avec un jardin spacieux avec vue sur la forêt. Il est également possible de dénicher une jolie maison de campagne dans le Périgord, notamment dans des villages comme Bourrou.

Les Lyonnais ont quant à eux le choix parmi de nombreux biens de qualité situés notamment dans les zones du Vercors, du Livardois ou encore du Beaujolais. Les maisons de campagne en question sont localisées plus exactement dans de paisibles localités telles que Montmirail – un village attrayant où il est possible par exemple d’acquérir une maison de 98 m² avec jardin et piscine, pour 164 000 € – mais aussi Le Brugeron ou encore Saint-Clément-sur-Guye.

Il est également possible de dénicher une jolie maison de campagne autour de Toulouse. Plusieurs biens sont par exemple disponibles dans de charmantes localités comme Saint-Géry-Ver dans Le Quercy, Camon dans l’Ariège mais aussi Siron dans le Haut-Languedoc. Parmi les résidences disponibles dans les environs de Toulouse, il y a par exemple cette jolie maison individuelle de 103 m² avec piscine, située à Camon, accessible à 156 000 €.

S’il est important de prévoir un budget pour l’acquisition de la résidence, l’acquéreur doit également anticiper le coût annuel pour l’entretien de son nouveau bien. Ce coût inclut la taxe d’habitation (800 € en moyenne), l’impôt foncier (1 250 € en moyenne), les frais d’entretien et de fonctionnement (électricité, ligne téléphonique, nettoyage de l’intérieur comme des espaces extérieurs comme le jardin ou la piscine, etc.)

fr_FR