fbpx

Gestion de patrimoine : la nécessaire vigilance face aux usurpateurs

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

La mise en garde nous vient de l’Autorité de marchés financiers (AMF) et de nombreux  acteurs en matière de gestion d’actifs et de patrimoine. Elle nous invite à toujours faire preuve de vigilance face à une montée en puissance des cas d’usurpation des noms des professionnels de ce secteur.

Parmi les signataires de cet appel à la vigilance figurent donc l’Autorité des marchés financiers ainsi que des acteurs reconnus dans le domaine de la gestion d’actifs et de patrimoine, dont l’AFG, l’ASPIM, France Invest, l’Anacofi, la Cie CIF, la CNCGP ou encore la CNCIF. Ces différentes entités parlent toutes d’une même voix afin de rappeler aux épargnants que la prudence est plus que jamais de rigueur face à l’augmentation et la sophistication des procédé frauduleux qui usent de nom d’intermédiaires reconnus ou de produits financiers autorisés.

Gestion de patrimoine : la nécessaire vigilance face aux usurpateurs

Parmi les cibles de ces usurpations, on retrouve notamment des sociétés civiles de placement immobilier mais aussi des placements dans des parkings d’aéroport. Le nombre d’épargnants qui perdent de l’argent à cause d’escroqueries se servant d’usurpations est en constante augmentation. Cette forme de délinquance financière est à l’origine de 44 % des sommes que les épargnants déclarent avoir perdues en 2020 auprès de la plate-forme AMF Epargne Info Service.

Les victimes ayant fait des signales ont perdu en moyenne 45 000 €. Elles sont de plus en plus nombreuses à solliciter l’AMF mais également les associations ou syndications professionnels dont le nom ou le logo est régulièrement utilisé frauduleusement. Parmi les entités dont l’identité est couramment détournée, on retrouve l’Association française de la gestion financière et l’Association française des sociétés de placement immobilier. Les arnaqueurs, pour parvenir à leurs fins, se servent également du logo ou du nom de France Invest et de l’Association nationale des conseillers financiers. Ils s’attaquent régulièrement aussi aux épargnants faisant confiance à la Compagnie CIF ou encore à la Chambre nationale des conseillers en gestion de patrimoine et celle des conseillers en investissement financiers.

Détourner l’identité d’un ou de plusieurs professionnels du secteur est tout sauf un phénomène récent. Mais l’AMF et les entités impliquées dans ce domaine s’alarment de l’ampleur grandissante des cas d’escroqueries frappant les personnes qui leur font confiance. La situation est d’autant plus critique que les techniques utilisées sont de plus en plus sophistiquées, au point que de nombreuses victimes sont tout simplement incapables de savoir si elles ont affaire à un vrai professionnel ou à un escroc.

Les arnaques financières sont vraisemblablement commises en bande particulièrement organisées. Elles sont d’ailleurs tentaculaires, frappent plusieurs entreprises spécialisées dans la gestion d’actifs, françaises ou européennes. Parmi leurs victimes figurent aussi des conseillers spécialisés dans les investissements financiers ou la gestion de patrimoine. Les auteurs de ces escroqueries frappent également en promettent des rendements conséquents par le biais de produits d’investissement dont rien ne semble présager qu’ils sont frauduleux.

Reproduire à l’identité des sites Internet fait partie des techniques utilisées par les auteurs d’arnaques financières. Mais ils ne s’arrêtent pas là. Ils gagnent la confiance de leurs victimes en rédigeant des contrats qui, pour qu’ils paraissent convaincants, affichent le nom et le logo mais aussi le numéro d’agrémentation ou d’autorisation de vrais intermédiaires financiers. Leur mode opération comporte aussi la création d’adresses Internet ou e-mail proches de celles des professionnels du secteur, ou même le recours aux vraies adresses de ces derniers.

Les arnaqueurs proposent des formulaires en ligne qui ne donnent pas beaucoup de détails mais dont les promesses de rendements significatifs suffisent souvent à tromper leurs victimes. Convaincues qu’elles sont affaires à de vrais placements lucratifs, ces dernières donnent volontiers leur nom, téléphone, e-mail et autres données personnelles.

Pour parfaire la tromperie, de faux conseillers ou des gérant se montrant confiants dans la viabilité des investissements appellent les épargnants, à qui ils demandent de conclure l’opération au plus vite puisqu’il s’agir d’une opportunité rare à ne pas manquer. La technique fonctionne. La preuve, l’Autorité des marchés financiers constate que nombre des victimes avouent avoir accepté la proposition des escrocs sous la pression, sans prendre le temps de vérifier les détails.

fr_FR