fbpx

L’immobilier : un marché en perpétuelle évolution

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Les Français, tout particulièrement les plus jeunes, envisagent un investissement immobilier précoce en voyant le faible taux d’intérêt actuel et le stress lié à leurs retraites à venir. Leur besoin de se constituer un patrimoine augmente de ce fait le marché de l’immobilier.

Dans la capitale française, les prix du mètre carré ont dépassé les 10 000 euros vers la fin de la saison estivale. Selon l’évaluation de la chambre des notaires, ces prix tournent en moyenne autour de 10 300 euros vers le début de 2020, en présentant une augmentation de 7% comparée à ceux de 2019. Les ventes de logements anciens au niveau national frôlent le million de transactions en une année. Elles atteignent à la fin du mois d’octobre 1 063 000 de mutations, soit l’équivalent de 10,6% sur une année.

L’immobilier : un marché en perpétuelle évolution

Du côté de l’immobilier professionnel, selon la France SPCI, les Sociétés Civiles de Placement Immobilier qui s’investissent dans l’immobilier commercial ou de bureau annoncent un nouveau record avec une collecte de plus de 8 milliards en 2019. Qu’est-ce qui a déclenché cette agitation immobilière ? C’est la forte baisse des taux d’intérêt des emprunts immobiliers. D’après l’Observatoire Crédit Logement/CSA, en novembre 2019, le taux moyen, hors garantie et toutes durées de crédit confondues, a baissé de 1,12%.

Selon les indicateurs, le renforcement des prix se fait de moins en moins vite, surtout à Paris. Vers la fin de décembre 2019, celle-ci n’arrive qu’à 5,7% sur l’année contre 6,6% en 2018. Malgré tout, ce début de variation de la courbe de progression des coûts immobiliers dans la capitale française ne parait pas présenter une quelconque retenue de ces mêmes tarifs. Pour les Notaires de France, l’année 2020 annonce des conditions de crédit favorables, et ce, même si les taux du prêt immobilier restent légèrement en hausse. Les Notaires de France imaginent un scénario frénétique du côté des acquéreurs. Selon eux, les acheteurs envisagent la réalisation de leurs projets avant que ces taux n’augmentent davantage et qu’ils touchent fortement leurs mensualités.

fr_FR