fbpx

Pourquoi la rénovation énergétique des logements fait grise mine ?

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

renovation-energetique-logement
MaPrimeRénov, la nouvelle prime à la rénovation énergétique des logements se développe à un rythme inférieur à ce qui a été prévu selon l’agence chargée de la distribuer. En effet, elle a attiré bien moins de 50 000 ménages français. L’Agence nationale de l’habitat (Anah) a affirmé que 47 775 dossiers ont été déposés depuis le début de l’année 2020. Depuis ce temps, les ménages ont bénéficié des premières aides pour tous travaux terminés.

Il faut noter que la prime en question fut restaurée pour remplacer l’ancien système de crédit d’impôt, afin d’attirer les ménages. Cette démarche a pour but d’inciter les ménages à récupérer l’argent et non d’attendre plusieurs semaines après que les travaux soient terminés. Mais encore, le résultat fut inférieur à l’attente du gouvernement soit 200 000 primes depuis janvier 2020.

Entre temps, l’enquête Cofidis / CSA Research démontre que les ménages français s’intéressent aux travaux de rénovation, d’embellissement et d’entretien de leur propriété. Trois quart des foyers interrogés des travaux de rénovation et le reste l’ont fait en moins de deux ans. Plus de la moitié des Français interrogés ont avancé qu’ils entreprennent des travaux d’ici décembre 2021. Dans cette enquête, 86 % sont propriétaires, 78 % sont des retraités et les CSP, les personnes de 25 à 34 ans sont le cœur de cette demande. D’après le directeur Marketing de Cofidis, Monsieur Mathieu Escarpit, les ménages Français réalisent leurs envies de réaliser des rénovations malgré la crise économique et le confinement.

En termes de budget, la somme envisagée pour les travaux est estimée à 9 550 euros. Il faut noter que ce tarif varie en fonction les catégories sociales. Les retraités bénéficieront environs 9 480 euros. Les personnes intermédiaires quant à elles auront 10 100 euros. Les jeunes de 18 à 24 ans de leur côté, en bénéficieront que 6 400 euros. Encore, certains d’entre eux n’alloueront que 1 000 euros. Le manque de budget est le principal écueil chez les CSP d’après les 1/ 3 de la population française selon Cofidis. Afin de financer leurs travaux, ils mettent de côté de l’argent, tandis que certains (dont les plus jeunes) vont recourir au crédit. Très peu de Français pensent faire appel aux dispositifs d’aides publiques. « Ma Prime Rénov’ » nouvelle campagne de communication se chargera d’informer et de sensibiliser les Français à s’y intéresser.

 

 

fr_FR