fbpx

Immobilier : les critères de recherche des Français évoluent

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Même si la crise sanitaire a provoqué un ralentissement général de l’économie, il y a au moins une chose qu’elle n’aura pas réussi à faire : freiner l’envie des Français à acquérir de nouveaux biens immobiliers. Les acquéreurs sont d’ailleurs plus nombreux que l’année précédente. Simplement, leurs critères de recherche ont beaucoup évolué par rapport à la période d’avant-crise. Les familles vivant dans les villes sont par exemple en quête de logements plus spacieux et dotés d’espaces extérieurs (terrasse ou jardin), quitte s’éloigner des centres des métropoles pour dénicher leur « coup de cœur ».

Les recherches de biens explosions en région parisienne et au-delà

Les données fournies par Pap.fr offrent un aperçu de l’engouement des habitations de la région Ile-de-France pour l’acquisition de nouveaux biens immobilier. Le site indique notamment que du 1er au 31 août 2020, le nombre de recherches de logements en région parisienne et dans les localités avoisinantes a progressé de 60 % par rapport à l’année précédente. A titre de comparaison, cette hausse était de 46 % en mai 2020.

Immobilier : les critères de recherche des Français évoluent

Paris, une capitale en mal d’attractivité

Les recherches de nouveaux logements sont en progression dans de nombreux département, notamment l’Eure, l’Eure-et-Loir, le Loiret, l’Yonne ou encore l’Oise. Il en va de même pour l’ensemble des départements de la région Ile-de-France, à l’exception notable de Paris. La capitale connaît pour la première fois, en août 2020, une baisse, de l’ordre de 5 %. Les départements de la Petite Couronne affichent certes une progression de 32 %, mais ils restent loin derrière la Grande Couronne et les localités limitrophes de la région parisienne.

Paris séduit de moins en moins les Franciliens

Beaucoup d’habitants de la région Ile-de-France s’éloignent de Paris, ce qui arrange les affaires des départements alentour. On observe ainsi une hausse des recherches de biens immobiliers de 83 % dans la Grande Couronne – le record en termes de progression est détenu par la Seine-et-Marne : +118 % par rapport à août 2019.

Le désir des Franciliens de s’éloigner de la capitale profite aussi à des localités qui se trouvent au-delà des frontières administratives de la région parisienne. Les recherches de nouveaux biens sont ainsi en augmentation de 83 % en moyenne dans les département avoisinant l’Ile-de-France, notamment dans l’Oise, avec une progression de 78 % ou dans l’Eure, avec une hausse notable de 102 % ; on peut également mentionner l’Eure-et-Loir, qui affiche une hausse de 65 %, le Loire, où les recherches augmentent de 82 %, ou encore l’Yonne, qui affiche une hausse de 88 %.

Dans les régions, les gens s’éloignent des villes

Le site Pap.fr indique qu’en août 2020, les recherches de nouveaux logements en France ont augmenté en moyenne de 46 % par rapport à l’année précédente. Si les autres grandes villes affichent des chiffres meilleurs que ceux de Paris, elles sont malgré tout délaissée par une partie de leurs habitants.

Les recherches pour de nouveaux biens immobiliers se concentrent essentiellement dans la localité e trouvant autour des grandes villes. Si ces recherches sont en hausse de 21 % à Bordeaux, on constate une progression de 70 % en Gironde ; de même, Lyon affiche une hausse de 37 % tandis que la hausse atteint les 86 % dans tout le Rhône. Les données indiquent clairement que les habitants de ces métropoles sont nombreux  à vouloir vivre loin des centres-villes.

Les zones les moins denses ont la cote

Les Français sont encore plus nombreux à s’intéresser dans les villes et département les moins denses. Les acquisitions sont ainsi en augmentation de 163 % dans l’Ain. Le Pas-de-Calais tire aussi son épingle du jeu, avec une hausse des acquisitions de 153 %. Il en va de même pour l’Isère où le nombre d’acquéreurs est en hausse de 151 %, rien que ça ! Les grandes villes sont de moins en moins attractives aux yeux de nombreux Français, pour qui il est important de profiter d’un cadre plus apaisant, notamment proche de la mer ou en montagne. La démocratisation du télétravail leur permet d’ailleurs de profiter des avantages de vivre dans des villes moyennes tout en préservant leurs activités dans les métropoles.

Les acquéreurs recherchent pour la plupart une résidence principale

On aurait pu croire que l’explosion des acquisitions dans certaines villes ou département reflète le désir des Français à avoir une résidence de vacances dans une localité paisible. La réalité est tout autre : le nombre d’acquisitions de résidence secondaire est en augmentation de seulement 8.2 % en 2020 par rapport à l’année précédente, ce qui signifie que les acquéreurs, dans leur grande majorité, souhaitent vraiment vivre ailleurs.

fr_FR