fbpx

Les réactions des SPCI face au télétravail

Share on facebook
Share on pinterest

Tandis que le gouvernement et les partenaires sociaux cogitent pour l’élaboration de nouvelles règles de télétravail pour 2021, l’expert en SCPI Perial AM et Ipsos ont effectué un sondage auprès des salariés français à propos de leurs attentes et de leurs nouvelles habitudes de travail lors des périodes de confinement et de déconfinement. Voici donc les résultats.

Les réactions des SPCI face au télétravail

D’après les études menées auprès des travailleurs français, 60 % d’entre eux estiment que le télétravail ne va évoluer que de manière complémentaire au travail sur site. De plus, la plupart des salariés veulent que le bureau demeure au centre de l’organisation du travail, avec une période de 2 jours de télétravail par semaine. Seulement 15 % des salariés aimeraient garder le rythme du télétravail, à savoir 4 à 5 jours par semaine.

Afin de mener à bien diverses tâches professionnelles et de favoriser la production avec un travail d’équipe, 82 % des salariés préfèrent aller au bureau, au lieu de travailler depuis leurs domiciles. (79 % pour résoudre un problème professionnel urgent, et 77 % pour recourir à l’aide des collègues ou leur demander des informations).

Pour la majorité des personnes qui travaillent sur site, il est essentiel que les travaux ou les aménagements soient effectués sur le lieu de travail, sur les espaces communs (57 %), lieux d’échange (54 %), l’équipement de travail (53 %) et dans leur poste de travail (51 %). Grâce à ces installations, le principal objectif est de favoriser un meilleur respect des mesures sanitaires (58 %), mais également d’offrir un maximum de convivialité (57 %).

Dans le cas où la morosité prendrait le dessus, la priorité est d’assurer le respect des mesures de distanciation sociale, tout en soutenant le lien et les échanges entre les employés. Il s’agit, ici, d’une attente importante qui n’est pas obligatoirement paradoxale. Les résultats issus du sondage démontrent bien le changement qui est en train de se faire au niveau du secteur tertiaire et qui a été précipité par la crise actuelle.

D’ailleurs, cette situation atteste de la conviction PERIAL Asset Management : si l’on passe par une généralisation du télétravail, le bureau demeure irremplaçable et reste au centre de l’organisation du travail, que cela soit aujourd’hui ou demain. Par ailleurs, l’attachement des travailleurs à la sécurité aux services qui y sont joints est de plus en plus fort. Selon le directeur général délégué de PERIAL Asset Management, Loïc Hervé, « des révolutions structurelles fortes sont à l’œuvre depuis plusieurs années sur le marché des bureaux (géographique, temporalité des usages, qualité intrinsèque des immeubles, intégration critères ESG) et cette tendance s’accélère ».

en_GB